Quant'Hom Institut

 

 

1. pourquoi introduire la physique quantique dans la conception et le traitement du psychisme

        I.          Les raisons théoriques :

- Insuffisances conceptuelles des approches cliniques aujourd’hui

ü de la structure du psychisme

- pas de conception de structure psycho organique

ü des liens corps psychisme empiriques, spéculatifs

- pas de lien conceptuels corps esprit

ü de la guérison psychique

- pas de conception de la guérison psychique qui soit associés à la biologie

Mais selon

*        l’objectif  du contrat atteint

*        la disparition du symptôme,

*        le confort avec soi même

*        le confort dans les relations

*        l’acquisition de plus d’autonomie, de spontanéité, d’intimité, de joie

 

      II.          Les raisons cliniques 

- Aléas opérationnels

ü En terme de diagnostic psychologique

-   impossibilité de « localiser » la pathologie « psy » sur une structure psycho organique

ü En terme de traitement psychothérapeutique

-   impossibilité de cibler l’intervention psy sur une structure psycho organique qui n’est ni conceptualisée, ni concrètement identifiée

-   impossibilité de prédiction de l’impact des interventions psychothérapeutiques sur le psychisme

 

2. le psychisme

 I.          Définition freudienne du psychisme

Dans la deuxième présentation de l’appareil psychique (connue sous le nom de « seconde topique »), Freud distingue trois instances : le Ça, le Moi et le Surmoi. 

À ces activités trois « instances » qui formeraient l’appareil psychique, sont associées les « forces » qui les animeraient :

-       les forces pulsionnelles - pulsions ou compulsions - qui « demandent » à se manifester, le Ça, le désir

-       des préceptes moraux : ce qui est bien ou mal, ce qui se fait ou pas, chargés de les contrôler les pulsions ou compulsions, le Surmoi,

-       des « logiques » adaptatives destinées à trouver des solutions à ces forces contradictoires qui s’opposent, le Moi  

 

II.          Définition plus large du psychisme

Lorsque l’on pense psychisme, on fait généralement référence aux représentations mentales, interprétations, croyances, opérations concrètes ou formelles etc.

Il s’agit également de nos fantasmes, de nos rêves ou rêves éveillées, de notre « vie intérieure » jusqu’à nos « délires », plus ou moins éloignés de la « réalité » pouvant aller jusqu’à des hallucinations visuelles, auditives, kinesthésiques plus ou moins intense émotionnellement et/ou dangereuses pour notre vie sociale ou sécurité physique.

 

Toutes ces appellations sont de l’ordre de l’activité cognitive ou activation de pensées, réflexions plus moins logiques, réalistes ou illusoires.

Il s’agit de « créations » matures ou immatures, conscientes ou inconscientes, rationnelles ou irrationnelles.

 

III.          Structure, fonctions et manifestations du psychisme

 

La difficulté avec ces conceptions du psychisme est que la manifestation d’une force psychique ou d’une pensée n’indique pas son origine psycho organique (qui soit à la fois psychologique et biologique).

Métaphore :
 Un système de levage soulève une lourde charge au moyen d’une corde et d’une poulie. La force tirant sur la corde peut être une force animale, humaine, mécanique, électrique ou électro - magnétique. La force utilisée a une source spécifique.

On peut créer de l’électricité à partir d’un barrage, d’une centrale nucléaire ou de panneaux photo voltaïque etc.

Ces métaphores montrent que pour restaurer une fonction psychologique défaillante, il nous faut une intervention psychothérapeutique qui prenne en compte la source du symptôme - sa nature ou structure -, sa fonction biologique et son contenu.

Une idée n’est pas une structure psycho organique. Une émotion, non plus, un comportement. Une douleur ancestrale ne l’est pas davantage.

Une structure psycho organique est un support biologique spécifique impliqué dans le passage de la réalité biologique à une réalité psychologique, et vice versa, d’une réalité psychologique en une réalité biologique.

 

Autrement dit, si le « psy » ne connait pas l’existence d’une structure psycho organique, il ne peut certainement pas concevoir la réparer !

En tout état de cause, le psychisme est une création permanente d’évènements mentaux qui a lieu dans un interstice spatio-temporel infiniment petit qui se trouve situé entre la réception d’un stimulus (interne ou externe) et la réaction psycho biologique provoquée en 1/200 millième de seconde.



Le substrat biologique à partir duquel l’activité mentale se développe est chargé d’informations phylogénétiques, biologiques et ontologiques qui rentrent en ligne de compte dans l’émergence du psychisme, de son contenu et de la qualité des processus cognitifs mis en œuvre.

Notez au passage que ce que nous appelons - biologique - signifie : logique du vivant (bio, élément du grec signifiant «vie»).

Ainsi, tous les organismes vivants sont dotés :

- d’une matérialité régit par les lois de la matérialité que nous connaissons bien et

- d’une réalité immatérielle (vibratoire, quantique …) régit par les lois du vivant qui opèrent selon des considérations ou enjeux de besoins, de vie ou de survie et non pas en termes de logique formelle.

En d’autres termes, la métrique du monde matériel que nous connaissons est inopérante dans le monde immatériel qu’est le psychisme.

Exemple : une femme battue minimise fréquemment l’importance, la toxicité, la dangerosité des coups reçus. La logique « rationnelle » voudrait qu’elle quitte son conjoint. Les enjeux émotionnels sont tels qu’elle n’est pas en mesure de terminer la relation. Elle reste tant qu’elle n’a pas les ressources internes pour assumer en sécurité une telle décision.

Néanmoins ces informations communes au corps et au psychisme œuvrent de concert.



 

 

3.   LE TRAITEMENT DU PSYCHISME


*        Le domaine d’intervention de la psychothérapie, c'est le psychisme.

C’est à dire, les représentations mentales, interprétations, croyances, fantasmes, rêves ou rêves éveillées, notre « vie intérieure » etc

 

Il se trouve que le psychisme est sous l’influence, sous la contrainte de la biologie et de l’environnement.

Le psychisme effectue un certain nombre d’opérations avec plus ou moins de « succès », selon les contraintes imposées par la biologie et l’environnement physique et/ou social.

Ces opérations mentales peuvent être générées par le champ ontologique - notre nature -, le champ social, familial ou ancestral, - l’autre, les autres -, ou par le champ adaptatif, - l’ensemble de nos adaptations à l’environnement physique, social, et psychologique -.

Notons au passage que dès sa conception, le fœtus dépend de son environnement. Il est porté par la mère, il y réagit et s’« s’adapte » à  son état de santé et psychologique.

Ainsi, dès notre conception, nous sommes en relation directe avec la biologie de notre environnement biologique et social.

*        La « psychothérapie »  ou restructuration de l’espace quantique fait directement référence au traitement des informations psychiques immatérielles, non localisables, suspendues dans le temps qui entravent le développement de l’être.

Sans attention particulière, ces informations restent « invariants » malgré les expériences de vie, l’âge, la santé.

  

4.   La pensée quantique

La connaissance des phénomènes quantiques nous a permis de faire des liens corps esprit que nous ne pouvions pas faire auparavant.

La pensée quantique fait référence à :

- La dimension ondulatoire et vibratoire de toute matière vivante portant l’information psychique,

- La discontinuité des quantas d’informations ou très petites quantités d’énergie distinctes les unes des autres,

- la réduction du paquet d’ondes ou l’effondrement du champ d’information qui ouvre la porte à la conscience et à de nouvelles perspectives ou options.

- L’interconnexion des quantas ou l’intrication quantique, lorsque les informations psychiques externes viennent se « tisser », s’emmêler  à d’autres informations psychologiques internes.

Cette conscience et la nouvelle conception du psychisme qui en découle permettent aux professionnels d’opérer un changement de paradigme majeur concernant la structure, le fonctionnement et le traitement du psychisme.

Cette approche nous permet de comprendre de quelle manière les humains sont psychiquement reliés les uns aux autre.

Mais pas seulement. L’intrication quantique montre que les psychismes peuvent se mélanger pour le meilleur ou pour le pire.

Ceci est particulièrement vrai entre parents et enfants (mais pas seulement) du fait de la dépendance et de la proximité émotionnelle.

L’un des enjeux majeurs de la thérapie est de se « dé mélanger » des psychismes « toxiques » venus « squatter » le nôtre.

  

Il a été ainsi possible :

1. De conceptualiser et de mettre en évidence les dénominateurs communs au corps et à l’esprit, une nécessité conceptuelle indispensable pour un traitement ré unifiant le corps et l’esprit.


2. D’identifier la structure du psychisme comme trois champs organisateurs d’informations quantiques ayant chacun l’une des trois fonctions biologiques universelles, communes à toute forme de vie.
3. D’identifier les implications concrètes de l’intrication quantique et d’élaborer une procédure thérapeutique pour dé-intriquer les champs qui empêchent l’individuation.

C’est un changement de paradigme qui implique de passer d’une pensée causale à une pensée quantique, - comprendre le pourquoi d’un problème n’a que trop rarement provoqué la résolution d’un problème psychologique -.

Grâce à se changement de paradigme, il est désormais possible de répondre à un grand nombre de questions théoriques restées jusqu’à maintenant sans réponse.

 

5. Principes de traitemant de l'espace quantique ou l’effondrement de la fonction d’onde dysfonctionnelle et restauration du contenu psychique du champ

 

Dans notre pratique nous constatons que les processus mentaux ne sont pas uniquement régis par la logique causale.

Nos représentations mentales émanent de notre biologie.

Elles émergent à partir de l’état vibratoire de notre organisme, et des informations qu’il porte en lui c'est-à-dire qu’elles « sortent » de notre matérialité à partir de notre état émotionnel et/ou état de santé, un peu comme la brume qui s’élève au dessus l’étang un matin d’automne.

Une fois crée, l’événement mental reste comme « en suspension » dans cet espace, comme la brume immobile au dessus de l’eau.

L’événement mental se manifeste ou non à notre conscience et se mélange ou non au psychisme d’autres humains (l’intrication quantique).

Techniquement, la désactivation de l’influence d’un événement mental sur la neurologie s’opère grâce à l’effondrement de la fonction d’onde (la caractéristique de l’information psychique portée par une onde), aboutissant à l’émergence d’un nouvel événement mental. 

Cet effondrement est provoqué par une mesure.

Si un thermomètre mesure la température, un hygromètre l’humidité, un mètre une distance, le cerveau humain lui, « mesure », ou décrypte un événement mental et le porte à notre conscience. (comme la métaphore du DVD)

Dans un état vibratoire émotionnellement « insatisfaisant », l’espace quantique peut s’ouvrir dans l’interaction avec un tiers et permettre l’émergence ou l’actualisation d’un état quantique potentiellement « porteur de vie » accessible (la prise de conscience active).

La « mesure » que va faire le psychothérapeute (comme une interprétation, recadrage, confrontation etc) va crée un effondrement de l’état figé ou intriqué d’où va émerger une perspective réparatrice possible qui pourra aboutir à la mise en place de manière fluide et naturelle de nouveaux comportements en adéquation avec les besoins du patient, ses ressources et sa réalité sociale.

Cette nouvelle perspective n’appartient pas à la logique causale mais au « potentiel ontologique » unique du patient qui se révèle à lui/elle. À ce moment précis, on ne peut qu’envisager la probabilité d’émergence de cette ressource manquante qu’en fonction des ressources du patient et de la spécificité et compétence humaine du psychothérapeute. Ceci implique que le psychothérapeute « sache » quel ingrédient psychique doit être installé ou réactivé (permission ou protection, quelle information (procédures, options), en connaître le lieu (sur quel champ) et sa fonction (biologique).

Est-il en mesure de d’effectuer la « mesure » qui permettra l’émergence de ce mouvement ontologique jusque là resté en sommeil ?

 

À CET ENDROIT SE REJOIGNENT L’ART ET LA SCIENCE

DU PSYCHOTHERAPEUTE.

 

 

 

 

La Physique Quantique dans lesrelationset en psychothérapie ?

Parce que l'infini petit n'est pas géré par la logique qui nous est familière...

Niveau I - Tout Public

Lire la suite

Pourquoi PHYSIQUE QUANTIQUE & PSYCHO THERAPIE ?

Les relations "Corps - Esprit", l'Autre & Moi

Niveau III - Pour les professionnels

Lire la suite

QUANT'HOM Institut, un nouveau paradigme pour la psychothérapie

  • 2018, un nouveau souffle pour Quant'Hom Institut

    Un site réorganisé avec de nouveaux articles, de nouvelles rubriques articulé de 3 façons :

    • Niveau I : Tout public
    • Niveau II : En thérapie
    • Niveau III : Pour les professionnels

     

     

    A vos agendas : RÉUNION PROFESSIONNELLE

    La prise en compte des phénomènes quantiques en psychothérapie a permis de commencer d’élaborer une cartographie du psychisme. Il s’agit d’une compréhension de la manière dont les composants du psychisme sont en lien avec les composants du corps.

    Il en découle une trame de traitement permettant la restauration des liens corps esprit « là » ou ils ont été originellement altérés.

    Connaître les lois qui le régissent permet de restaurer le psychisme dans son contenu, et dans sa fonction biologique, avec une efficacité rarement égalée. Et ce, avec la plupart des techniques d’interventions actuellement utilisées – TTC, Hypnose, Gestalt, Analyse transactionnelle, Psycho Généalogie, Cri Primal, Thérapies Analytique, PNL, etc

    Ainsi nous sommes convaincus que grâce à la connaissance de ces phénomènes et de ces processus quantiques, il vous sera possible de faire un travail en profondeur avec des résultats autant durables qu’inattendus, avec vos propres approches et outils.

    Aujourd’hui, Quant'Hom Institut organise des réunions afin de réunir des professionnels du domaine de la Santé et de la Santé mentale pour développer l'image de la psychothérapie auprès des professionnels de la région PACA.

    Ces réunions se poursuivent par un petit apéritif dînatoire pour mieux faire connaissance entre professionnels.

    Ainsi, nous vous invitons à vous joindre à nous en apportant un plat salé ou sucré, une boisson... pour échanger en toute sympathie !

    Au plaisir de vous rencontrer !

      

     INSCRIPTION OBLIGATOIRE : Prochaines dates communiquées ultérieurement

     

QUANT'HOM Institut  en 7 points

Livre

A découvrir...

si cela n'a pas déjà été fait !

Une nouvelle conception de la Psychothérapie à l'usage du "Psy"et de son patient

Un livre de Francis BUSSAT

En savoir plus

Besoin d'un renseignement ?

  1. Nom(*)
    Merci d'indiquer votre nom !
  2. E-mail(*)
    Invalid email address.
  3. Message(*)
    Merci d'indiquer votre demande !
  4. verification anti-spam(*)
    verification anti-spam
    Erreur !
  5.   

 

QUANT'HOM Institut - 17 Avenue du Clos - 13 650 MEYRARGUES

Francis BUSSAT   -   06.10.76.13.54   -   fb.psy.poem@wanadoo.fr

  Agnès BUSSAT    -   06.80.42.56.40   - amb.psy.poem@wanadoo.fr

- Plan d'accès - Retrouvez-nous sur Facebook - Linkedin -