L'Intrication Quantique

Le champ externe : Un territoire psychique largement inexploré !

Qui en vous, regarde ce que vous voyez ?
Qui ressent ce que vous ressentez ?
Qui en vous pense ce que vous croyez être votre pensée ?
Qui décide ?

Avez vous réalisé que dans certaines circonstances, vous prêtez votre corps à un parent ou à un ancêtre ?  

La dépendance de l’enfant le rend vulnérable à l’influence parentale.
 Oui la transmission d’informations telles que l’amour, le soutien, la protection est vitale pour son développement. Mais les informations dysfonctionnelles, telles que la méchanceté, le mépris, la dévalorisation, sont (d’autant plus fortes et) handicapantes. 
La perméabilité des frontières de l’enfant « autorise » l’imprégnation et l’emprise parentale.
Le cerveau de l’enfant s’imprègne du climat, de l’ambiance familiale, comme un buvard s’imprègne d’encre. C’est l’intrication quantique.

La prise en compte de ce phénomène implique une autre attitude envers les relations humaines, une autre compréhension.
« L’intrication quantique est un phénomène observé, dans lequel l'état quantique de deux objets doit être décrit globalement, sans pouvoir séparer un objet de l'autre quoiqu'ils puissent être spatialement scindés. ».

Un tout petit peu de physique quantique : Lorsque deux systèmes – ou plus – se trouvent dans un état intriqué, il y a des corrélations entre les propriétés physiques observées des deux systèmes qui ne seraient pas présentes si l'on pouvait attribuer des propriétés individuelles à chacun des deux objets S1 et S2. En conséquence, même s'ils sont séparés par de grandes distances spatiales, les deux systèmes ne sont pas indépendants et il faut considérer {S1+S2} comme un système unique

Et pour nous ? Le système reste invariant comme s’il était là, figé, comme suspendu dans le temps. C’est la « mesure » de l’information psychique dysfonctionnelle (qui va à l’encontre de la vie) qui la fait « tomber » dans le temps et nous libère de son emprise. Une telle « mesure » est effectuée par le cerveau, d’une manière spontanée ou grâce à l’intervention d’un tiers qui en a évoqué la teneur.


Cette découverte signifie que les évènements mentaux de deux ou plusieurs personnes (leurs psychismes) peuvent se « tisser » et rester « non séparables », même si de grandes distances les séparent, Cela signifie surtout que tant que « l’information - souffrance » d’un parent ayant entrainé un comportement dysfonctionnel, n’a pas été « effondrée » (terme utilisé en physique quantique pour signifier que l’information est désactivée), il n’est pas possible à un enfant /patient d’exercer son libre arbitre. Il est « tenu » ou contraint par le poids de la souffrance de se soumettre à l’injonction parentale.

À la lumière de ce phénomène, il semble beaucoup plus juste de considérer, qu’en tant qu’enfant, nos interprétations, nos décisions et adaptations comportementales, ne peuvent que se faire écho de l’intention de celui qui tente de nous contrôler.

Ce n’est pas tant la décision prise par l’enfant qui fige une attitude. C’est l’état psychique (l’intention et l’émotion) de la personne ayant autorité, couplé à la réaction émotionnelle de l’enfant dépendant qui crée un système verrouillé qui devient fixation (S1 + S2).

« Désintriquer » les psychismes

Avez vous écouté l’enregistrement du soldat de la guerre de 1914 – 1918 de la page d’accueil, SOMMES NOUS AU VOLANT DE NOTRE VIE ? Nous vous conseillons de l’écouter pour donner plus de corps à votre compréhension du traitement du champ externe. cliquer ici

L’objectif de la dé intrication est d’arriver à une relation avec autrui « sans confusion ni séparation »

L’intrication quantique est une des raisons qui explique que le « pourquoi » ne permet pas souvent d’aboutir à un véritable changement.


La mise en évidence de l’intrication quantique est une donnée désormais incontournable dans un traitement psychothérapeutique intégratif. L’enjeu est de « désintriquer » les psychismes pour faciliter la « guérison » psychique. Pour cela il est nécessaire d’accepter l’idée que tout ce qu’il y a dans notre tête n’est pas notre fait. Nous n’avons pas inventé le climat psychologique de notre famille. Nous en sommes « imprégné ». Il ne s’agit pas de se mettre à distance, (car ce n’est pas possible) mais d’en « extraire » ce qui est toxique, c’est à dire provoquer « l’effondrement » des informations parentales ou ancestrales dysfonctionnelles, un peu comme le fait un chirurgien.

L’interprétation n’est donc pas l’expression de la seule responsabilité de l’enfant car l’interprétation est faite sous la « contrainte » des influences externes (parents et autres). Plus encore, l’événement mental externe exerçant la « contrainte » sur l’enfant « contamine », se trouve intimement « mélangé » au psychisme de l’enfant, limitant de fait la qualité de ses processus cognitifs et ses choix.

 L’intrication quantique remet en cause l’importance de l’interprétation que fait un enfant d’un évènement douloureux. L’influence parentale est mélangée (intriquée) à l’interprétation. C’est comme une infection de bactéries donnant de la fièvre. Le corps n’a aucune raison d’arrêter de générer de la fièvre, si la source infectieuse est encore active. Tant qu’une injonction parentale est active, l’organisme de l’enfant ne peut que s’en défendre. Connaitre l’existence d’une bactérie, d’une injonction parentale, d’un secret de famille et en trouver le sens, n’en désamorce pas souvent la nocivité.

Une intervention externe (sa mesure) est nécessaire pour provoquer l’effondrement de la fonction d’onde de la toxicité et aboutir à une prise de conscience active, c’est à dire passer d’un état intriqué à un état individué.

Traitement du champ externe

Les informations toxiques sont « portées » par le champ ondulatoire externe. Elles sont organisées ou « compressées » en trois strates :
1. La couche supérieure, le masque,
2. la couche sous jacente, le vécu douloureux « caché » par le masque,
3. les informations de vie et d’amour du parent, de l’ancêtre ou de toute personne significative, inaccessibles en l’état du fait de la douleur ancestrale intriquée.

Avec la connaissance de ces 3 strates, il s’agit de permettre :
1. l’expression de la souffrance refoulée
2. l’émergence des cognitions, croyances inconscientes
3. d’identifier les décisions adaptatives
4. un changement de perspective
5. l’actualisation des émotions de joie, d’amour, de sérénité
6. l’accès au patient des forces de vie et de protection du parent ou ancêtre libéré de ses souffrances

Tant que le travail de restauration n’est pas fait dans un processus thérapeutique, le libre arbitre ne peut s’exercer que d’une façon partielle. À partir de cette donnée scientifique, il est illusoire de croire que la volonté suffit à changer de vie.

Ce traitement du champ externe parental ou ancestral nécessite un savoir faire, un art, une science, une éthique.

Poser une question

  1. Nom(*)
    Merci d'indiquer votre nom !
  2. E-mail(*)
    Invalid email address.
  3. Message(*)
    Merci d'indiquer votre demande !
  4. verification anti-spam(*)
    verification anti-spam
    Erreur !
  5.   

A découvrir

Une nouvelle conception de la Psychothérapie à l'usage
du "Psy" et de son patient

un livre de Francis BUSSAT
en savoir plus

Contact : Francis BUSSAT - 06.10.76.13.54 - Agnès BUSSAT - 06.80.42.56.40